Bilans d’évènementLa Chambre

L'Office National de la Vigne et du Vin accompagne la transition du secteur vitivinicole moldave

Gheorghe ARPENTIN, directeur de l’Office National de la Vigne et du Vin de la République de Moldavie, était invité à l'un des petits-déjeuners de la Chambre.

Accueilli par le Président de la Chambre, Emmanuel SKOULIOS, et le Premier Conseiller de l'Ambassade de France en République de Moldavie, Serge CASSERI, Gheorghe ARPENTIN s'est employé, avec passion, a présenter le secteur de la viticulture en Moldavie en soulignant les défis qui restaient à relever et la stratégie adoptée par les autorités locales pour accompagner son développement jusqu'à l'horizon 2030.

Très affecté par les sanctions russes qui ont entrainé, après 2005, une chute des exportations vers son principal débouché commercial, le secteur vitivinicole moldave a entrepris, depuis, de s'orienter vers de nouveaux marchés en proposant des produits plus qualitatifs.

Secteur privé et autorités publiques se sont engagés dans un partenariat en confiant à l'Office National de la Vigne et du Vin de Moldavie le soin d'élaborer une stratégie visant à mieux organiser le secteur, à promouvoir l'œnotourisme et à adapter le marché du travail afin de former les cadres et la ressource humaine dont le secteur à besoin et ainsi redéfinir un savoir-faire local historique.

Aujourd'hui, le secteur vitivinicole moldave, pilier économique stratégique du pays, est en pleine transition. La première tâche a été de définir trois régions géographiques et de mettre en place un registre des terres viticoles. Le vignoble moldave compte 125 000 ha dont 40 000 ha sont aujourd'hui enregistrés. L'objectif est d'assurer une meilleure traçabilité des productions afin de compenser la taille moyenne très insuffisante de la plupart des exploitations.

Ingénieur agronome, Gheorghe ARPENTIN a complété pendant plusieurs années sa formation en France. Il exploite également lui même 27 ha de vignes avec un associé alsacien. Il s'inspire donc beaucoup, dans les réformes qu'il met en place aujourd'hui, du savoir-faire français en ce domaine. 

Récemment, l’Institut National français de l'Origine et de la Qualité (INAO) et l’Office National de la Vigne et du Vin de Moldavie ont ainsi signé un Protocole d’Entente visant à mettre en place une collaboration en matière technique et réglementaire pour les prochaines années. La coopération sera axée notamment sur le développement du système des indications géographiques protégées (IGP) et de l'appellation d'origine protégée (AOP).

Si 45% du vin en bouteille est désormais exporté vers l’Europe, le défi de mieux faire connaitre et promouvoir les vins moldaves à l’international reste à encore à relever, notamment en travaillant sur les questions de markéting.

Enfin, malgré de récents efforts, les cursus universitaires en lien avec la viniculture peinent à séduire les étudiants. Une situation que Gheorghe ARPENTIN déplore compte-tenu des investissements réalisés ces dernières années dans le milieu universitaire, et des nouveautés en matière de coopération internationale qui sont un avantage certain pour un secteur en pleine mutation et qui a déjà montré qu’une nouvelle dynamique était lancée.

Liens utiles

L’INAO et l’Office National de la Vigne et du Vin de Moldavie signent un protocole d'entente
Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Un nouveau site pour la Chambre

Une visibilité améliorée pour la présence économique franco-moldave, de nouveaux services.
Découvrez-le !