Bilans d’évènement  •  La Chambre

Rentrée de la Chambre : l'opportunité d'évoquer les dossiers en cours

Soirée conviviale, la rentrée de la Chambre est aussi l'opportunité de faire le point sur l'actualité et les dossiers en cours qui intéressent les membres.

Évènement désormais inscrit dans la tradition, la rentrée est l’occasion pour les membres,  les partenaires et amis de la Chambre, de se retrouver dans une ambiance détendue et conviviale en présence de Son Excellence Pascal LE DEUNFF, Ambassadeur de France en République de Moldavie.

Elle s'est déroulée cette année encore dans le cadre chaleureux du Restaurant Chianti à Chisinau. La soirée était animée par l'excellente formation d'Angry Band.

Mais avant que les convives présents n'échangent entre eux, le Président de la Chambre, Emmanuel SKOULIOS, et l'Ambassadeur de France ont tenu à faire un point sur l'activité de la Chambre, les dossiers en cours et les perspectives, dans une actualité principalement marquée par l'arrivée d'une nouvelle majorité politique en Moldavie et une relance du dialogue politique entre les deux pays.

Les questions soulevées par le Président de la Chambre concernaient aussi bien les autorités françaises, avec au premier chef, la question essentielle de la signature d'une nouvelle convention fiscale entre la France et la République de Moldavie, que les nouvelles autorités moldaves en rappelant que ces derniers mois avaient été l'occasion de défendre ou d'exprimer auprès d'elles, conjointement avec l'Ambassade, certains dossiers ou certaines Inquiétudes.

Si le Président de la Chambre a relevé "des avancées positives" sur certains dossiers intéressant des entreprises françaises - celui de la co-incinération des déchets et celui des industries exportatrices de noix -, il a exprimé l'espoir que ces évolutions positives aillent désormais rapidement à leur terme en en remerciant les autorités moldaves.

Mais il a aussi tenu à témoigner "d'inquiétudes qui persistent ou de préoccupations nouvelles". "Elles nous ont conduit, avec M. l’Ambassadeur, à attirer l’attention des autorités locales, mais également des autorités françaises" a-t-il indiqué 

"Il y a une question, complexe, qui intéresse notre opérateur de télécommunications. Elle n’est pas nouvelle. Notre Ambassadeur suit de près le sujet, celui-ci dépassant le seul cadre économique. Elle reste à résoudre mais je vous sais mobilisé ainsi que les services de l’État français."

"Il y a aussi la question des nouvelles dispositions fiscales adoptées cet été pour répondre aux exigences budgétaires du FMI. Elles ont eu et auront des conséquences sur le développement de l’activité d’investisseurs français importants."

"Ces décisions fiscales auront des conséquences pour deux investisseurs français importants, mais également sur de nombreuses entreprises moldaves et étrangères, sur leurs salariés, sur les recettes budgétaires moldaves nous le pensons, et plus généralement sur la transparence de l’économie moldave.  Il s’agit de la question des tickets de table qui nous a malheureusement largement occupé cet été et qui nous préoccupe toujours." 

Le Président de la Chambre a confirmé que la Chambre poursuivrait, en relation avec l'Ambassadeur de France, ses "démarches auprès des autorités locales, avec des propositions constructives, afin que des dispositions soient prises rapidement pour permettre à nouveau d’envisager un développement serein de l’activité de nos deux entreprises dans le pays."

"Dans le même état d’esprit constructif", a-t-il conclu, "nous essaierons aussi de relancer, dans les prochains mois, le baromètre moldave des affaires afin que les autorités puissent disposer d’un outil les renseignant, de manière sérieuse et neutre, sur l’activité et les perspectives de développement des entreprises du pays, sur leur ressenti du climat des affaires. C’est un outil qui existe déjà dans plusieurs pays."

Prenant ensuite la parole, l'Ambassadeur de France est longuement revenu sur l'actualité politique et la relance du dialogue politique tant avec l'Union européenne qu'avec la France, en insistant sur les priorités à conduire sur lesquelles la communauté internationale serait vigilante. Il est revenu également sur la visite en Moldavie d'Amélie de MONTCHALIN, Secrétaire d'État aux Affaires européennes. Cette visite a été l'occasion d'alerter les autorités moldaves sur les préoccupations de nos entreprises. Elle aura été surtout marquée par la remise d'un projet de nouvelle convention fiscale entre les deux pays, projet sur lequel les autorités moldaves doivent désormais se prononcer.

L'Ambassadeur de France a aussi évoqué l’annonce qui a été faite, en cette occasion, de l'octroi d'un prêt éventuel de l’État français à la Moldavie pour la réhabilitation de la ligne ferroviaire Chisinau-Ungheni.

Il a indiqué enfin que, dans le cadre de la relance du dialogue politique entre la France et la République de Moldavie, une délégation de parlementaires français du groupe d'amitié France Moldavie de l'Assemblée nationale serait reçue à Chisinau et que les membres de la Chambre aurait l'opportunité, une fois encore de relayer leurs préoccupations si besoin était. 

Il a enfin conclu qu'il continuerait à se tenir à la disposition de la communauté des affaires franco-moldave.

 

 

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Un nouveau site pour la Chambre

Une visibilité améliorée pour la présence économique franco-moldave, de nouveaux services.
Découvrez-le !